Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/07/2017

Recette : Les tomates farcies de ma petit'mère...

recette de tomates farcies

Clin d’œil sur les tomates de « mon jardin » qui se compose d’une rangée de dix plants seulement et d’un carré de plantes aromatiques. Avec un été très chaud et de grosses gouttes d'eau chaude après l'orage de ces derniers jours, permettent le mûrissement de ces belles tomates (cœur de bœuf, de Russie, rose de Berne)  qui rougissent de plaisir sous le soleil d'août.

Du coup, j’ai repris une bien vieille recette de ma petit’mère qui la détenait de sa grand-mère qui, et ainsi de suite…

recettes tomates farcies

Les fameuses tomates farcies. Je vous passe la recette que je viens de réaliser : pour le plat que vous voyez en image, soit 9 tomates ; prévoyez  500 g de chair à saucisse (gros morceaux) du boucher, un morceau de pain dur trempé dans du lait – à défaut remplacer par 4 biscottes, 3 œufs, branches de persil, romarin, thym et céleri ciselés, sel et poivres ( 5 baies) du moulin, huile d’olive.

recettes tomates farcies

Bien mélanger le tout. Rincer les tomates, couper le chapeau. A l’aide d’une cuillère à soupe creuser (pas trop) le cœur des tomates, réserver la chair et le jus dans un saladier.Disposer les tomates dans un plat creux allant au four, les garnir de farces, déposer le chapeau dessus, glisser les morceaux de chair et le jus entre les tomates, donner un tour de poivre du moulin et un filet d’huile d’olive. Enfourner à 210°/ th 7  pendant 40 minutes.

recettes tomates farciesServir avec un riz de Camargue. Un petit rosé frais du Domaine des Deux Ruisseaux sera parfait !

 

 

On ne saurait imaginer l’éventail de saveurs des tomates : crues rien de meilleur à la croque au sel ( à la fleur de sel bien sûr) sans oublier le tour du moulin, tomates farcies et Rosée Eden Rosed’autant qu’elle se marie bien avec les saveurs du Sud ; farcies, poêlées aux herbes avec un peu de parmesan et du vinaigre Balsamique juste avant de servir ; en purée relevé à l’ail, dans une pizza, avec des moules ; séchées : des chips de tomates (lamelles très fines cuites à basse température pendant 2 heures) pour accompagner grillades et rôtis. Pétales de tomates séchées à glisser dans un osso buco pour concentrer les saveurs !

Bonne gourmandise à toutes et à tous !

Johanna van Meel-Sauzet

16/04/2017

Esprit Rando: Les pèlerins se préparent pour St-Jacques de Compostelle

"On ne prend pas le chemin de St-Jacques de Compostelle; C’est lui qui vous prend !" exit un pèlerin

sur le chemin de compostelleLe chemin du Puy-en-Velay, la via Podiensa, jusqu à Santiago en Espagne, fait 1600 km, le plus ancien chemin remontant à mille ans. Amis pèlerin, il vous faudra faire plus de 2 millions de pas,  mettre 500 à 700 heures, selon votre rythme, admirer 60 à 70 lever de soleil ! Bien chaussé, sac à dos et bâton de pèlerin en main, vous êtes fin prêt pour cette aventure ? Je vous la souhaite très belle !

La nature traversée y est magnifique. Le chemin est balisé - prendre le GR 65, bien équipé en gîtes d’étapes. Le chemin est parsemé de petites églises qui sont de merveilleuses haltes de prière. En partant du Puy jusqu’à Conques, au détour d’un hameau, j’ai croisé ce jeune couple de Néerlandais avec leur petite fille de huit mois, appelée “Meer”. Nous nous sommes croisés, perdus de vue, puis retrouvés au gîte de St-Privat d’Allier. Chemin faisant, on s’est retrouvé au bistrot de Monistrol d’Allier boire un café.

sur le chemin de compostellePuis à St-Chély pour un copieux petit déjeuner avant de reprendre le chemin...
En suivant les étapes du GR 65 - bandes blanche et rouge - nous sommes passés, après St-Privat, par Saugues, le Sauvage, Saint-Alban de Limagniole, Aumont-Aubrac, Nasbinals,  St-Chély d’Aubrac, Espalion, Estaing, Golinhac et Conques. Tel a été notre périple. Cette fois-ci, j’accompagne Annie, ma voisine de palier. En poche notre “Credential del Pelegrino”; ce passeport tamponné à chaque étape justifie notre état de pèlerin tant en France qu’indispensable en Espagne. Le chemin au rythme de mes pas… Les pèlerins partent de toute l’Europe, mais aussi du Japon, du Canada, du Surinam, d’Australie, des Etats-Unis et d’ailleurs... On met ses pas dans les pas des pèlerins qui nous ont précédés. Quelles que soient nos motivations, on retrouve dans toute l’histoire humaine, de toutes les religions, cette démarche universelle.

sur le chemin de compostelleOn quitte sa famille, ses amis, son travail ne perdant son statut social et ses références. Le pèlerin prend conscience de lui-même, de ses limites et apprend parfois à se dépasser.

On emporte l’essentiel sur notre dos, on se désencombre de l’inutile et du superflu. En chemin, on goûte le silence, la paix et la beauté de la création du Divin.

Chemin de souffrance et d’espoir, cette marche est une école de patience. L’image de notre propre vie. Chaque jour il faut avancer avec courage, bourdon en main, sac à dos bien calé, bien chaussé, gourde d’eau, poncho pour la pluie, on est fin prêt pour le chemin. Ne pas oublier la coquille Saint-Jacques sur le sac à dos !

sur le chemin de compostelleTraversée de l’Aubrac Le chemin n’est pas toujours facile, je dirais même que les deux premières étapes sont particulièrement éprouvantes pour les genoux. Les décentes sur la caillasse, escalader les blocs de pierre et les raides montées mettent à rude épreuve nos articulations et nos tendons!

C’est aussi cela faire le chemin...Quelle belle récompense lorsque nous traversons les plaines de l’Aubrac. L’Altitude passent de 980 à 1420 m. Où que porte notre regard, l’immensité est en fleurs. Au loin les troupeaux paissent dans les près. Ce jour là pourtant, l’air était plus vif que d’habitude. Un vent glacial et une pluie fine nous ont accompagnés toute la journée et le lendemain. Nous avons eu vraiment très froid ! On marche seul dans sa tête, dans le silence, sur fond de gazouillis des oiseaux. A cet ultime instant, une joie immense envahit tout mon être. Je suis en paix avec moi-même ; c’est peut-être cela... La clé de notre quête ?
 
sur le chemin de compostelleHistoire d’une cabane En traversant un bois, j’ai retrouvé la cabane construite par une jeune femme en 2004. Elle vivait là avec son âne et son chien, pour lesquels, elle avait construit un abri de branches et le toit recouvert de mousse. Une mousse qui se fixe bien sur les branchages de la toiture. Je me souviens qu’elle avait laissé un message “ je suis au village avec mon âne, je reviens”. Les pèlerins écrivent un mot sur son cahier, qui des fruits, biscuits et même un peu d’argent. Cette année, la cabane est vide, la jeune femme a pris sans doute un autre chemin...

sur le chemin de compostelleConques, haut lieu de la Foi sur le chemin de Compostelle Nous sommes arrivés à Conques, passant par le pont des pèlerins*, puis la Porte du Barry ; les pavés devenaient douloureux à nos pieds déjà meurtris. Bourdon en main, le sac à dos se faisait lourd à l’approche de l’Abbaye Sainte-Foy, où en 2004 j’avais séjourné deux jours, cette fois-ci, je souhaitais partager ce moment avec mon amie Annie. Après l’effort, la récompense était là… Chez les Prémontré où les Hospitaliers nous ont merveilleusement accueillis, souriant, généreux.

Épuisée par notre périple, soudain, la fatigue avait, comme par enchantement, complètement disparu. Une belle chambre nous attendait, après une bonne douche, remplacé les chaussures de rando par des tongs, la visite du village pouvait commencer !

sur le chemin de compostelleConques est un bourg médiéval qui abrite un monument majeur du patrimoine architectural sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Ce trésor de l’an mille, miraculeusement préservé des vicissitudes de l’histoire, mérite toute notre attention.  En effet, l’abbatiale de Conques* abrite sous les voûtes séculaires, un trésor incomparable de sculptures romanes – quand on débouche sur le parvis, on peut admirer le tympan du Jugement dernier et les vitraux de Pierre Soulages (peintre contemporain aveyronnais connu pour ses œuvres dans le monde entier). Mais également des œuvres d’art qui comptent parmi les plus anciens et les plus beaux chefs d’œuvres du Moyen Age. Venu se greffer autour de ce patrimoine architectural le monastère des Frères Prémontré qui accueille les pèlerins.

sur le chemin de compostelleÀ la nuit tombée, sur le parvis de l’Abbatiale, un Frère Prémontré explique, avec beaucoup d’humour, le foisonnement des personnages et la diversité des scènes du tympan. Ensuite, nous assistons à la prière des pèlerins, et terminons la soirée par un concert de pianos par un Frère Prémontré. Ce fut un moment de recueillement, de force, de foi. Un moment de grâce qui nous laisse sans voix, mais avec un grand bonheur dans le coeur. A l’Abbaye de Sainte-Foy, nous étions plus de cent pèlerins à partager un copieux repas non sans avoir partager le chant des pèlerins « Ultreia » ! Une sacrée ambiance, avec en plus, le sourire et la gaîté des Hospitaliers. Merci à tous.

* Le pont des pèlerins et l’Abbatiale sont inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco

Le lendemain matin, au bistrot de la place, j’ai retrouvé notre jeune couple et leur bébé.Après un copieux petit-déjeuner, nous nous sommes séparés sur un “au revoir”; un “Ultreia” chant du pèlerin. Puis chacun est parti sur le chemin. 

sur le chemin de compostelleOui, quant on a quitté le chemin, le chemin continu dans la tête. Depuis mon retour, je pense souvent à toutes ses belles rencontres, à une jeune anglaise, aux “tamalou” et tous ceux avec qui nous avons échangés un instant de réel et grand bonheur.
 
 
 
Parfois, la force de notre foi nous fait franchir des montagnes... 2004 sur le chemin, en traversant l'Aubrac, j'ai été prise de très sur le chemin de compostelleviolentes douleurs à la tête; le chemin s'est arrété avant St-Jean Pied de Port. De retour à la maison, IRM, tumeur au cerveau, après l'intervention (Merci au Pr.N.Aghakami et toute son Equipe Neurochirurgie de KB)  je me suis retrouvé sur un fauteuil roulant, une longue rééducation (St-Foy Merci Toubib, Merci les filles), il m'a fallu ré-apprendre à parler, à écrire, à marcher. 3 ans plus tard je suis repartie sur le chemin... Avec beaucoup d'émotions !
Texte et photos by johanna Van MEEL-SAUZET

11/04/2017

Ma confiture de Fraises, premier petit fruit de Printemps !

confiture fraises Comme les hirondelles, avec l’arrivée des beaux jours, la fraise est le premier petit fruit du printemps. L’attrait irrésistible de ce fruit charnu, au parfum subtil, sa couleur rouge vif et sa forme séduisantes en fait un fruit de prédilection sur les étals. Je n’ai pas résisté… Car les fraises sont une véritable fête dans l’assiette…

Qui ne se souvient encore lorsque nous allions enfants traquer ce petit fruit sucré dans le jardin de grand’maman ? Et ce qui n’était pas consommé au dessert était réservé pour les confitures que l’on retrouvait avec bonheur en hiver sur une tartine de pain beurré.

Une fois achetée, la fraise n’attend pas !

Avec plaisir, je vous donne la recette :

confiture fraises 2 kg de fraises – 1 k 500 de « Confisuc » spécial confiture, le jus d’un citron.

Rincez rapidement les fraises sous l’eau du robinet, retirez le pédoncule et les laissez égoutter dans une passoire.  Coupez les fruits en morceaux, écrasez-les plus ou moins, et mettez le tout une bassine à confitures, ou un récipient large pour faciliter l’évaporation. Arrosez d’un jus de citron. Mélangez les fruits et Confisuc. Laissez macérer jusqu’à complète dissolution de celui-ci. Lorsque le jus arrive à hauteur des fruits, vous pouvez mettre votre récipient sur le feu. Portez le mélange à ébullition à feu vif pendant 5 minutes sans cesser de remuer retournant à la spatule les fruits.

confiture fraises Le temps de cuissons commence à partir du moment où la confiture bouillonne fortement. Écumez la confiture en fin de cuisson. Laissez les pots une bonne minute dans de l’eau bouillante. Retourner-les et laissez les sécher sur un linge propre, sans les essuyer. Remplissez vos pots à chaud et fermez-les. Retournez-les pots bien fermés, et laissez-les refroidir avant de les ranger en lieu sûr ! Avis aux gourmands ?

Très tendance :  Les fraises coupées en quatre dans un bol de muësli ; dans une salade de carottes à l’estragon avec un jus de citron et un filet d’huile de pistache ; à l’heure du goûter des enfants : un milkshake à la fraise avec du lait et une boule de sorbet à la fraise ;

confiture fraises de joanaMais aussi et surtout, dans la plantureuse tarte aux fraises ; dans un fraisiers ; un coulis de fraises dans le fromage blanc, un yaourt nature ; c’est délicieux. Juteuses et parfumées : les fraises se laissent croquer tout simplement. 

Johanna VanMeel Sauzet

 

 

 

confiture fraises

Fraises au coulis de fraises à la menthe

Préparation 20 mn – réfrigération 1 h

 Pour 6 personnes : 1 kg de fraises parfumées, 150 g  de sucre en poudre, 2 branches de menthe fraîche, 1 citron. Laver, égoutter et équeuter les fraises. En réserver la moitié (les plus belles). Mixer les autres en coulis avec le sucre en poudre, le jus de citron et les feuilles de menthe d’une branche. Couper les fraises en attente en 2 ou 4 morceaux, selon leur grosseur. Les mettre dans un joli récipient creux, verser le coulis dessus et mélanger délicatement. Recouvrir d’un film alimentaire et placer au réfrigérateur 1 heure environ. Servir frais décoré de pousses de menthe fraîche. On peut servir le coulis à part. 

confiture fraises

 Mousse de fraises à la menthe

Pour 8 à 10 personnes – préparation 30 mn – Réfrigération : 6 h

1 kg de fraises parfumées, 10 feuilles de menthe fraîche, 1 citron, 30 g de sucre en poudre, 20 cld de crème fraîche liquide, 2 c à soupe de sucre glace, 9 feuilles de gélatine. Sirop 100 g de sucre en poudre et 15 cl d’eau. Préparer le sirop : verser le sucre en poudre et l’eau dns une casserole. Faire chauffer à feu vif, mélanger jusqu’à complète dissolution du sucre, puis laisser frémir 8 minutes jusqu’à consistance sirupeuse. Faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide pour les ramollir.Les égoutter, puis les faire fondre dans le sirop et laisser tiédir. Laver 10 feuilles de menthe, essuyer et mixer avec 30 g de sucre en poudre. Laisser le mélange dans son récipient. Laver et équeuter les fraises. Les  mixer avec la menthe et réduire en purée avec le jus du citron. Mettre la purée de fraises dans un saladier, verser le sirop et mélanger à l’aide d’un batteur, afin d’obtenir une préparation bien homogène. Fouetter la crème fraîche en chantilly en y incorporant le sucre glace en pluie, lorsqu’elle commence à être ferme. L’incorporer délicatement à la purée de fraises. Verser dans des ramequins et mettre au réfrigérateur pendant 6 h. Déguster frais.

2 recettes lesucre.com Photos J.Paul Boyer et Isabelle Rozenbaum