Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/01/2015

Randonnée Languedocienne : Les Orgues de Taussac

Randonnée Languedocienne : Les Orgues de Taussac

Randonnée Languedocienne

Après les événements terribles relatés par les médias, cela fait du bien de passer ensemble une journée paisible au milieu de notre magnifique nature languedocienne.  Marie-Christine, guide de randonnée du Foyer rural de Lignan, conduit les vingt quatre randonneurs vers l’Horte (1), tout près de Lamalou. C’est ici que se trouve la mairie de Taussac-la-Billiaire, commune de 400 habitants dispersés sur 10 hameaux.

Randos Foyer rural LignanNous passons sous la maison contigüe pour rejoindre une ruelle souterraine qui fait parfois office de ruisseau*(2). Des escaliers, puis un chemin pentu nous conduisent vers l’oratoire œcuménique de St Jean de la Paix de Dieu qui, comme son nom l’indique, est dédié à la paix. Nous avons une belle vue sur Lamalou, la vallée de l’Orb et, au delà, sur le Pic de la Coquillade, St Michel et le Château de Mourcaïrol. C’est un des rares endroits où la vue est dégagée, car notre parcours est essentiellement forestier (châtaigniers, chênes verts…). Les sangliers qui pullulent vont avoir une journée agitée car des chasseurs sont à l’affût.

Randos Foyer rural LignanEn ce mois de janvier, à part des cailloux et du bois mort, il n’y a rien à ramasser et nous marchons d’un bon pas. Nous pénétrons donc rapidement dans un morceau de forêt où arbres tordus, falaises fantasmagoriques et sombres grottes se liguent pour essayer de nous faire peur.

 

Randos Foyer rural LignanTout le monde étant sorti indemne de ce bois ‘’ maléfique’’, notre groupe descend vers le bourg de Taussac. Belle église aux pierres apparentes, jolie place caladée, large vue, murets accueillants : il n’en faut pas plus pour que nous nous installions dans le verger communal (poiriers) pour le repas de midi. La température est douce, le soleil brille, le ciel est bleu : à l’abri des murets, on se restaure, on lézarde, on se sent bien. Gâteries et petits coups à boire contribuent à  la sérénité du lieu.

Randos Foyer rural LignanSi nous voulons atteindre notre objectif (les Orgues*(3) de Taussac), il faut repartir.

Une bonne côte nous attend, ce qui ne facilite pas la digestion. Tant bien que mal, tout le monde se retrouve à quelques perches d’arpent du pied des orgues. On les distingue à peine car la forêt est dense. Un passage pas trop malaisé nous permet de gravir la Randos Foyer rural Lignanparoi. Nous ne voyons guère les orgues, puisque nous sommes dessus. Quelques semelles agiles bravent un vent assez violent pour s’aventurer sur un étroit promontoire. Émilie se paie le luxe de monter sur le sommet, mais n’y reste pas longtemps.

La descente, plus douce que la montée  (personne ne s’en plaint) nous amène à la Bourbouille et sa fontaine rafraîchissante. Nous coupons et longeons un affluent du Bitoulet. Son lit bouleversé témoigne de la violence des intempéries de septembre. Une fois aux voitures, en bons républicains, nous tirons les rois. Il n’y aura pas de roi,  mais trois reines : Josy, Marie-Claude et Marie-Ange. Ce fut une journée vivifiante. Merci, Marie-Christine. 

Randos Foyer rural Lignan

André Bideaux.

Randos Foyer rural Lignan

 

24/12/2014

Le premier conte du Père Noël date de 1823

P1040657.jpg

"
Les chaussettes bien sages pendues à la cheminée attendaient le Père Noël. Allait-il arriver ? "

« C'était la nuit avant Noël, dans la maison tout était calme. Pas un bruit, pas un cri, pas même une souris!

Les chaussettes bien sages pendues à la cheminée attendaient le Père Noël. Allait-il arriver ? Les enfants blottis dans leur lit bien au chaud rêvaient de friandises, de bonbons, de gâteaux.

Maman sous son fichu, et moi sous mon bonnet et vous prêts à dormir toute une longue nuit d'hiver.

Dehors, tout à coup, il se fit un grand bruit!

Je sautais de mon lit, courais à la fenêtre, j'écartais les volets, j'ouvrais grand la croisée.

La lune sous la neige brillait comme en plein jour.

Alors, parut à mon regard émerveillé, un minuscule traîneau et huit tout petits rennes conduits par un bonhomme si vif et si léger qu'en un instant je sus que c'était le Père Noël... 

P1040658.jpgPlus rapides que des aigles, ses coursiers galopaient, lui il les appelait, il sifflait, il criait:
 "Allez Fougueux, allez Danseur, Fringant et puis Renarde, En avant Comète! Cupidon en avant, Tonnerre, Éclair, allons, allons Au-dessus des porches, par delà les murs! Allez! Allez plus vite encore!"

« Comme des feuilles mortes poussées par le vent, passant les obstacles, traversant le ciel, les coursiers volaient au-dessus des toits, tirant le traîneau rempli de jouets

Et, en un clin d'oeil, j'entendis sur le toit le bruit de leurs sabots qui caracolaient. L'instant qui suivit le Père Noël d'un bond descendait par la cheminée.

Il portait une fourrure de la tête aux pieds, couverte de cendres et de suie, et, sur son dos, il avait une hotte pleine de jouets comme un colporteur avec ses paquets.

Ses yeux scintillaient de bonheur, ses joues étaient roses, son nez rouge cerise, on voyait son petit sourire à travers sa barbe blanche comme neige.

Un tuyau de pipe entre les dents, un voile de fumée autour de la tête, un large visage, un petit ventre tout rond qui remuait quand il riait; il était joufflu et rebondi comme un vieux lutin. Je n'ai pu m'empêcher de rire en le voyant et d'un simple clin d'oeil, d'un signe de la tête il me fit savoir que je ne rêvais pas: c'était lui!

Puis, sans dire un mot, il se mit à l'ouvrage et remplit les chaussettes. Il se retourna, se frotta le nez et d'un petit geste repartit par la cheminée.

Une fois les cadeaux déposés, il siffla son attelage, puis reprit son traîneau et les voilà tous repartis plus légers encore que des plumes. Et dans l'air j'entendis avant qu'ils disparaissent:

"Joyeux Noël à tous et à tous une bonne nuit ".

Clément Clarke Moore, New York,le 23 décembre 1823 

 Johanna Van Meel-Sauzet 

05/08/2014

Pierre Richard a présenté sa cuvée Cardinale aux Grands Buffets de Narbonne

Pierre Richard a présenté sa cuvée Cardinale aux Grands Buffets de Narbonne

 

Pierre Richard, comédien

 

Quand un grand blond pose ses chaussures noires aux Grands Buffets de Narbonne pour présenter sa dernière cuvée ;

c’est l’effervescence  !

L1160257.JPG

Il est midi ce 31 juillet 2014, en compagnie du maître des lieux Louis Privat, le comédien-vigneron Pierre Richard n’en finissait plus de serrer des mains, de poser pour la photo, les bisous des filles, des femmes et des mamys et de signer des autographes. Dans ce restaurant plein à craquer, on y croisait toutes les nationalités, même chinoise. 

L1160260.JPGLa rencontre des deux : Louis Privat, Directeur des Grands Buffets et Pierre Richard, comédien-vigneron, fait décidément la paire. Amoureux de l’art et des belles lettres, gourmands des produits du Languedoc-Roussillon et fins connaisseurs de ses grands crus. Il n’en fallait pas plus pour réunir leur passion commune autour des Grands Buffets, un très bel établissement. Jugez donc le « fait maison » : pas moins de 300 produits ( des entrées aux diverses préparation de foie gras, produits de la mer, spécialités locales, grillades, porcelet, agneau, homard) etc ; 25 variétés de fromages et la succulence de 80 desserts ! Pour accompagner ce parcours initiatique gourmand : 75 grands crus classés du Languedoc-Roussillon, proposés à prix caveaux, à la bouteille ou au verre. 

L1160293.JPGC’est dans une ambiance chaleureuse et conviviale que Pierre Richard a présenté et signé les autographes sur la bouteille : un rouge de sa cuvée cardinale 2011. Un cru savoureux et de qualité, à l’image de ce vigneron bien sympathique. « Ce que je réussi  le mieux, c’est par hasard. Je ne pensais pas être vigneron » dit-il avec malice. Son penchant pour l’imprévisible a fait le reste. Amoureux fou de la région, des amitiés sincères.

L1160275.JPGEn 1986, Pierre Richard acquiert le Château Bel Evêque, situé sur le massif de la Clape entre Gruissan et Narbonne. Après la restauration du vignoble, celui-ci s’étend aujourd’hui à trente hectares pour y créer son vin, dont la récolte se fait à  la mains. « Dans le vignoble, on n’est maître de rien » avoue-t-il. Il mettra plus de dix ans pour obtenir le meilleur d’un cru.

Pierre Richard, comédienC’est tout naturellement que Pierre Richard a souhaité encourager l’audacieuse démarche de Louis Privat des Grands Buffets de Narbonne pour la valorisation des vins du Languedoc-Roussillon. 

 

Texte et photos : Johanna Van MEEL-SAUZET