Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2011

La main à la pâte pour les élèves de classe maternelle Jean Moulin de Lignan sur Orb

La fabrication du pain par les Elèves de l'Ecole Maternelle

Vendredi 18 février 2011, chez Jean-Paul Laffon

fabrication du pain
l’Ecole Maternelle (Grande section) Jean Moulin encadrés de leur Professeur des Ecoles, France Mendez et de quatre mamans, partent pour une matinée d’apprentissage : la fabrication du pain, de la farine à la baguette, chez notre boulanger-pâtissier Jean Paul Laffon à Lignan sur Orb.

 Le menton au raz du plan de travail, pas plus haut que trois pommes : « moi j’ai 5 ans » me dit un enfant « moi aussi » répond une petite fille. 21 élèves et donc, quarante-deux petites mains potelées  s’activent pour mélanger la farine à l’eau, sous le regard indulgent de Jean-Paul qui indique la marche à suivre pour fabriquer du bon pain. Nous avons tous mis la main à la pâte, la maîtresse, les mamans, Jean Paul et la  photographe ;  petits doigts collant et fous rire des enfants … 

Photo JohannavanMeel35.jpg«  Madame, regardez, ça colle les doigts !  «  et oui, pour enlever cette colle, il fallait bien leur montrer comment se « nettoyer » les mains en les frottant l’une contre l’autre avec de la farine. Un jeu d’enfant !


photoJVanMeel18.jpgEnsuite, Jean Paul Laffon explique aux enfants les ingrédients nécessaires à la panification et le rôle joué par la levure qui permet à la pâte de gonfler après un premier pétrissage. Il  précise que le pain a davantage de saveur si on laisse la pâte reposer deux bonnes heures  et que plus il y a d’humidité dans la pâte, plus la mie est fondante.

Nos jeunes élèves apprennent les gestes du pétrissage pour réaliser leur pain avant d’être enfourné. Sous le regard amusé et les rires,  Jean-Paul fabrique la traditionnelle tortue de Lignan, et laisse faire l’imagination des enfants pour transformer la pâte. A chacun son style : la pâte prend la forme d’un cœur (petit ou grand pour maman), torsadée, tressée, en fine baguette, en boule, en petits pains, en couronne.

De cette visite fort instructive, les enfants ont concrètement pu observer la méthode de fabrication du pain grâce à l’intervention, de notre boulanger, Jean Paul Laffon. Forts de toutes ces informations, les enfants ont joué les apprentis en réalisant  eux-mêmes un  pain, qu’ils ont pu ramener à la maison.

PhotoJvanMeel32.jpg

À l’initiative de France Mendez en collaboration avec Jean Paul Laffon, notre boulanger-pâtissier, qui depuis plusieurs années participe à cette merveilleuse rencontre ludique et pédagogique sur la fabrication du pain, avec les élèves de l’Ecole Maternelle Jean Moulin de Lignan sur Orb.

texte&photos Johanna VanMeel-Sauzet

 

19/12/2010

La boucherie charcuterie Alain Boutonnier à Lignan sur Orb


P1040548.jpgSeul artisan boucher de la région à acheter ses bêtes à la ferme pour o
ffrir à sa clientèle le vrai goût de la viande de qualité 

Depuis 1856, dans la famille Boutonnier, on est artisan boucher de père en fils et ce depuis 7 générations dans la région. Ce n’est qu’en 1962 que le grand père André Boutonnier s’installe dans le village de Lignan sur Orb. 150 ans plus tard, c’est Alain Boutonnier, qui aujourd’hui continue l’affaire familiale, secondé par son épouse Marie-Pierre et leur fils Arnaud. Dans la tradition familiale  Boutonnier, l’on n’a de cesse, que de proposer à sa clientèle des produits d’une exceptionnelle qualité. La devise de la maison : faire retrouver le vrai goût de la viande, telle comme on la mange à la campagne !

 

Lire la suite

04/11/2009

Le Navet de Pardailhan, un légume noble

Les « Tchatches Gourmandes au vignoble » du 3 novembre se sont déroulées au Domaine de la Colombette sur la route de Roujan près de Béziers. François et Vincent Pugibet, vignerons, Au menu : En apéritif les feuilletés de la boulangerie Carratié avec une dégustation - Cuvée Plume Chardonnay 2008 ; le potage de Mamet Germaine de Pardailhan était servie avec la Cuvée Lledoner Pelut 2005 ; puis la traditionnelle recette de la région : le ragoût à l’ancienne était servi avec la Cuvée Plume Syrah-Grenache 2008 ; en dessert la tarte Tatin aux pommes et aux navets de Pardailhan que l’on a dégusté avec un petit muscat cuvée découverte du Domaine de la Colombette.

Une très belle soirée -  animé par Olivier Bompas, Maître Sommelier et Olivier Grapaloup, chargé de mission viticole à Béziers Méditerranée Oenopole ; avec la Compagnie HumaniThéâtre ; qui s’est terminé sur des airs d’accordéon en rire et en chansons Occitanes avec les amies du "Cercle des Poètes Retrouvés".

Présents à cette soirée : des producteurs de « Navet du Pardailhan », M. Elian Robert, président de l’Association des Poducteurs, et son épouse, Maryvette et Bernard Gleizes. Dix-huit producteurs se sont regroupés en association ; M. Robert explique aux convives l’historique de ce « fameux navet.  C’est dans le cadre magnifique du Haut Languedoc, sur un terroir insolite – à 500 mètres d’altitude, sur les Avants Monts du Somail et de l’Espinousse que pousse le fameux radis noir".

"Le plateau argilo-calcaire du Pardailhan  bénéficie d’une très belle exposition ensoleillée avec les influences d’un climat montagnard et méditerranéen avec de fortes variations de température entre le jour et la nuit – pluie et brouillard  en automne et hiver apporte à ce légume toutes les caractéristiques du terroir – ce légume n’a pas besoin d’eau – semé à la volée, il est récolté uniquement à la main. Le navet de Pardailhan noir et chevelu est recouvert de terre ». Le Navet noir du Pardailhan est reconnu « produit sentinelle », classé parmi les 5 premières en France par l’Association Internationale « Slow Food » - une association qui repère les produits menacés d’extinction et ce, dans le monde entier". Nous avons également sollicité les acteurs du développement de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault, pour une démarche de reconnaissance en A.O.C. »

En bouche, la chair du navet est tendre, délicate avec ce petit goût de noisette - quelques notes de truffes font de ce légume noble légèrement sucré le bonheur des fins gourmets.

On déguste le navet de Pardailhan : cru, en velouté, en rémoulade avec des cèpes, au caramel, en ragoût traditionnel, avec du foie gras frais ou des langoustines, quant au minestrone de Poire au vin de Saint Chinian, avec une nougatine de noix ; c’est délicieux ! Les meilleures tables de la région, comme les grands chefs de la capitale mettent le navet du Pardailhan au menu – en inventant de nouvelles et délicieuses  recettes. ce soir-là les 180 personnes qui avaient fait le déplacement pour le traditionnel dîner dégustations ayant pour thème : Le fameux navet de Pardailhan et les vins de la Colombette – vin de pays des Coteaux du Libron, avec aux fourneaux Laurent Carratié et son équipe.

 

www.navet-du-pardailhan.com