Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/03/2010

La Bande à Gustou au Centre Culturel de de Lignan sur Orb

Émotions douces et fous rires

Avec la Bande à Gustou

Au Centre Culturel de Lignan sur Orb

Émotions douces, paroles amères, fous rires, petites scénettes de mots, de gestes, de paroles et de chansons occitanes. Des parodies toutes trouvées et souvent inventées par l’ami André Lacube, dit Gustou. Et Gustou de Limoux est connu pour « ses histoires en occitan ». En partant du réel  talent de conteurs, André Lacube, très connu dans sa région,  a eu un jour, l'envie de se faire accompagner de chanteurs. La bande à Gustou existe maintenant depuis trois ans, et s'est constituée un peu au hasard des rencontres. D’abord son épouse Paulette et une bande de joyeux lurons rencontrés au hasard de soirées entre amis- tous amoureux de langue d’Oc ; Sonny Pons, Marie Ange Burcet, Nicole Adrian au piano et Yves Adrian à l’harmonica.

On peut l’avouer, ce soir-là, le public était « mort de rire » même si parfois, les histoires comiques racontées en occitan, étaient souvent adaptées et traduites simultanément par la joyeuse bande. Entre chaque scène, le public avait droit à des chansons « d’autrefois » et des chansons occitanes dont voici un extrait :

" Chantalouette"

Sul cami de canto l’ausetto

Que sentio bou a embouma

T’y rencontréri poulidetto

Qué mé méteiri a taïma

Entro taï dent uno flouretto

Té fasio gracioso qué maï

A quél primié mati dé maï

Sul cami sul cami

Sul cami dé canto l’ausetto

Sur deux notes d’hamonica, Yves Adrian récite un poème "Ma vigne". Ce poème vient de la plume d’un brave homme, très amoureux de sa vigne: Roland Hugonin.

MA VIGNE

Elle est grande comme un mouchoir de poche

Bravement crochetée à flan de coteau

Je la bine à la main avec ma pioche

Et la vendange avec mon coutieau

Elle est grande comme un mouchoir de poche

 

Rien qu’une bosselée en bons cépages

Trois rangs d’Pinot Deux d’Sauvignon

Ca suffit bien à mon ménage

Ç’est grandement pour ma maison

Rien qu’une bosselée en bons cépages

 

C’est la vigne à défunt mon père

Qui la tenait du sien

Dame c’est vieux et c’est perclus

Et puis çà n’donne  plus guère

Mais j’y tiens plus qu’à la prunelle de mes yeux

C’est la vigne à défunt mon vieux

 

Mes enfants disent que j’déménage

A m’voir dans mes ceps par tous les temps

On m’y trouvera mort, dame je le gage

C’est bien sûr, la promesse des ans

Mes enfants disent que je déménage

 

Ah ! j’peux dire qu’elle m’donne de la peine

Faut la buter, la débuter, la coller

Sitôt que la maladie ou la gelée viennent

Me v’là d’dans au coq chanté

Ah ! j’peux dire qu’elle me donne de la peine

 

C’est comme une fille, faut que je la flatte

C’est moi qui la débarbouille au sulfate

Faut que je la poudre au soufre en fleur

C’est tout c’qui faut à not bonheur

C’est comme une fille, faut que je la flatte

 

Mais le plus qu’elle me plait c’est en vendange

Quand j’tire le premier vin doux

Je m’sens au paradis des anges

Au bout du rang à boire un coup

Mais le plus qu’elle me plait c’est en vendange

 

Y en a qui voudraient qu’on les enterre

Dans une cave où il y a du bon vin

Dormir dans le noir, moi çà m’plait guère

J’aime mieux ma vigne et son entrain

Dormir dans le noir, moi çà m’plait guère

 

Et puis je connais ma terre

Elle me sera légère

Ni croix, ni plaque, bref, un simple enterrement

Et personne pensera qu’il y a là le grand-père

Qui dort au pied de ses vieux sarments

 

A l'initiative de l’ALPAL, cette soirée a obtenu un vif succès, en fin de soirée, c’est avec un large sourire que chacun racontait ses souvenirs d’enfants quant alors les anciens  racontaient les histoires du pays. Aujourd’hui encore, certains parlent encore la langue d’Oc, cette belle langue occitane !

Vous souhaitez passer une belle soirée occitane

N'hésitez pas à contacter La Bande à Gustou

André Lacube Tel : 04 68 31 05 48

Yves Adrian, Tel : 04 68 31 36 53

by johanna Van MEEL

 

Commentaires

Cantalauseta.

Sul camin de Cantalauseta,
Que sentiá bon a embaumar,
T’i rencontrèri, polideta,
Que me metèri a t'aimar.
Entra tas dents una floreta
Te fasiá graciosa que mai,
Aquel primièr matin de mai
Sul camin, sul camin,
Sul camin de Cantalauseta.

Au premier matin de mai.

Sur le chemin de Chantalouette,
Qui sentait bon à charmer,
Je t'y rencontrai, ma belle,
Et me mis à t'aimer.
Entre tes dents une fleurette
Ne te rendait que plus gracieuse,
Ce premier matin de mai,
Sur le chemin, sur le chemin,
Sur le chemin de Chantalouette.

Écrit par : BOULET J | 06/03/2015

Premier matin de mai

Sur le chemin de Chantalouette,
Qui sentait bon à me charmer,
Je t'y rencontrai, toute belle,
Et je me suis mis à t'aimer.
Entre tes dents une fleurette
Ne te rendait que plus gracieuse,
En ce premier matin de mai,
Sur le chemin, sur le chemin,
Sur le chemin de Chantalouette.

(en octosyllabes)

Écrit par : BOULET J | 06/03/2015

Encore une précision sur l'origine de la ritournelle.

Les nostalgiques se souviennent de Georges Vaur, dit Piroulet (1920-2010), grand chanteur et humoriste toulousain dans le sillage de Charles Mouly et de Catinou. Il interprète ce succès de comédie musicale sur son disque « Le rugby à Toulouse ».

Et une coquille dont je m'excuse dans la transcription classique:

entre tas dents, /entré taï dents/
et non pas :
entra tas dents

Écrit par : BOULET J. | 07/03/2015

Les commentaires sont fermés.